Lifting Boulogne-Billancourt Hauts-de-Seine

Si vous voulez vous faire faire un lifting, découvrez sur cette page, à travers les différents articles, qu'il existe plusieurs types de lifting. Egalement, à votre disposition, une liste de professionnels à Boulogne-Billancourt et sa région qui sauront vous apporter tous les conseils dont vous avez besoin.

Entreprises Locales

Pour toutes informations relatives à cette page, contactez toutlocal.fr.
Zerbib Robert
(014) 502-1818
60 av Victor Hugo
Paris, Paris
 
Azan Lionel
(014) 532-0811
334 rue Vaugirard
Paris, Paris
 
Clinique La Montagne
(082) 023-5637
10 rue Montagne
Courbevoie, Hauts-de-Seine
 
Chirurgien Esthetique Paris
(014) 062-9400
32 bd des Invalides
Paris, Paris
 
Pharmacie Cohen
(014) 737-1298
2 place Martyrs de l'Occupation
Clichy, Hauts-de-Seine
 
Benhamou Franck
(015) 805-1126
12 av d'Eylau
Paris, Paris
 
Fraboulet Yves
(060) 799-5278
2 place Hôtel de Ville
Asnières-Sur-Seine, Hauts-de-Seine
 
Docteur Séchaud - chirurgien plasticien à Paris
(014) 405-0574
61 avenue de la Grande Armée
Paris, Paris
 
Polyclinique de Versailles
(013) 923-3333
49 rue Parc de Clagny
Versailles, Yvelines
 
Pharmacie Centrale
(014) 737-2812
7 place République
Clichy, Hauts-de-Seine
 

DHEA : combat elle les outrages du temps ?

La déhydroépiandrostérone, plus connue sous le nom de DHEA a défrayé la chronique ce printemps : serait-elle la solution de l’éternelle de jeunesse ? Retour sur cette hormone, présente chez chacun d’entre nous.

  • A quoi ça sert
  • Végétale ou synthétique ?
  • Les effets secondaires

Le rôle de la DHEA

La DHEA est une hormone synthétisée par les glandes surrénales chez l’homme et la femme mais en plus faible quantité. Cette molécule est un précurseur, c’est à dire qu’elle est à l’origine entre autres de la synthèse de nos hormones sexuelles : testostérone et œstrogènes.

DHEA Comme souvent pour les hormones, elle possède un cycle de vie particulier. Sa production est étroitement liée à l’âge. Elle croit pendant l’adolescence pour atteindre un pic vers la trentaine. Ensuite, elle diminue de manière régulière avec les années, pour atteindre au cours de la huitième et neuvième décennie une concentration inférieure à 20% de la dose maximale de sa jeunesse. Pour autant, nous ne sommes pas tous égaux devant le vieillissement et la production de DHEA. Certains seniors auraient une quantité de DHEA dans l’organisme plus élevée.

Ces observations méritent de pousser plus loin les investigations. Chose faite avec le lancement au printemps 98 de l’étude DHEâge portant sur 280 volontaires des deux sexes âgés de 60 à 79 ans. Elle consiste à administrer pendant un an une gélule de 50 mg de DHEA ou un placebo, une gélule identique ne contenant pas de DHEA, et ceci sans que le volontaire, ni le médecin ne sache si le patient a pris pendant un an des gélules contenant « l’hormone de jouvence » ou pas. 

Les premiers résultats concernant plusieurs critères sont tombés au mois d’avril dernier. Les voici :

Plus d’hormones
La prise de 50 mg de DHEA permettrait de retrouver une quantité d’hormone identique à celle de ses vingt ans et une augmentation des hormones sexuelles.

Os solidifiés
Les femmes seraient les grandes bénéficiaires. En effet, peu de modifications ont été constatées chez les hommes. En revanche, pour la population féminine, on constate une augmentation de la densité osseuse et un effet bénéfique sur le renouvellement osseux pour les plus de soixante dix ans. Un effet à creuser pour lutter contre l’ostéoporose.

Peau rajeunie
La peau avec ou sans DHEA se serait la nuit et le jour. Elle positiverait toutes les propriétés de la peau vieillissante : augmentation de la production de sébum, réhydratation des tissus cutanés, diminution des taches brunes de vieillesse.

Libido féminine augmentée
Les femmes sont encore une fois gagnantes. Leur libido serait augmentée. Une augmentation qui va de pair avec celle de l’activité et de la satisfaction sexuelle.
En revanche, aucune modification de la libido n’a été notifiée chez les hommes.
En attendant que les résult...

Lire la suite de l'article sur le site de Estheweb

Le filting : lifting non invasif par fils de suspension

But de l’intervention et indications

Réalisation de l’intervention

Soins post-opératoire

Suites opératoires

Résultats

Les risques et les complications

Le filting : lifting non invasif par fils de suspension

Quelle est la femme et même l’homme qui n’a jamais vers l’âge de 35 ou 40 ans, le matin devant sa glace, exercé sur ses joues une traction vers le haut et en arrière afin d’effacer des ans « l’irréparable outrage », en remontant ainsi ses pommettes et effaçant les sillons nasogéniens qui encadrent ses lèvres et durcissent son visage.

Le FILTING est un lifting non invasif par fils en boucle de suspension. C’est un concept qui consiste à repositionner et soutenir en position idéale les tissus ptôsés, évitant ainsi de couper, décoller et tirer la peau… Ce principe est du reste ancien, largement utilisé en chirurgie reconstructrice et esthétique.

Si cette intervention nécessite une parfaite connaissance de l’anatomie de la face, qui seule permet une maîtrise complète du geste opératoire, il s’agit d’une intervention légère, pratiquée sous anesthésie locale, qui se déroule en moins d’une heure, sans hospitalisation et permettant du fait de ses suites particulièrement légères et simples, une reprise d’activité précoce en quelques jours, voire même le lendemain.

But de l’intervention et indication

Le filting est une chirurgie de soutien qui corrige le vieillissement débutant de la face et du cou, en traitant la ptôse (l’affaissement) de la queue du sourcil, de la pommette et du sillon naso-génien, des bajoues et du pli d’amertume, la partie haute du cou.

Cette intervention peut être associée à d’autres gestes de rajeunissement :

- chirurgie de volume : le lipo-filling et lipo-aspiration

- chirurgie de surface: en venant compléter une chirurgie des paupières, un lifting cervico-facial ou temporo-frontal

- technique de relissage cutané : peeling, laser

Si cette intervention s’adresse principalement aux sujets jeunes, qui veulent rester jeunes, elle est également indiquée en cas de refus ou de contre-indication à une chirurgie lourde (lifting), mais aussi pour corriger l’insuffisance de résultat après réalisation d’une chirurgie invasive, notamment au niveau des pommettes.

Réalisation de l’intervention

Réalisation de l’intervention lifting

L’intervention est pratiquée sous anesthésie locale, avec ou sans prémédication. Elle peut également être pratiquée sous anesthésie générale (notamment en cas de gestes

chirurgicaux combinés). Selon le nombre de zones à traiter, une à plusieurs incisions de quelques millimètres seront pratiquées au niveau du cuir chevelu (voire sous le lobule de l’oreille), permettant de fixer la boucle de suspension après passage du fil et ancrage de la zone à traiter par une instrumentation adaptée (aiguille à filting).

Soins post-opératoires

Cette intervention est réalisée sous anesthésie locale et en ambulatoire, c’est-à-dire sans hospitalisation. La reprise du travail est possible dès le lendemain

Le traitement post-opératoire comporte une couverture antibi...

Lire la suite de l'article sur le site de Estheweb

Le lipo-filling

femme lipo filing

  • Introduction
  • Historique
  • Les grands principes
  • La technique
  • Que traite t'on ?
  • Les contre-indication
  • Conclusion

Introduction

En 15 ans la pratique du lipo-filling, ou auto-greffe de tissu graisseux, s'est affinée pour donner aujourd'hui des résultats stables.
Son concept de base est presque "écologique" : employer comme implant correcteur la propre graisse du patient.

En théorie, cette technique n'aurait que des avantages :

  • emploi d'un produit " naturel " toujours bien accepté par l'organisme

  • non allergisant

  • peu coûteux

  • injectable directement et simple à prélever.

En outre, le filling permet, sans risque de réaction inflammatoire, la correction de volumes importants, qui est difficile, non dénuée de risques, et coûteuse avec les implants injectables synthétiques.
Dans la pratique, les résultats et leur durée dans le temps sont très dépendants du praticien et de la méthode de préparation de l'implant. Nous verrons aussi que cette technique ne traite pas tous les problèmes de rides ou de vieillissement du visage, mais qu'elle a ses propres indications. Haut de page

Historique

Il y a plusieurs décennies, les autogreffes de tissu adipeux étaient déjà réalisées de façon chirurgicale. Le principe très simple est donc de prélever de la graisse au niveau du corps (il est rare que l'on ne trouve pas quelques rondeurs chez les sujets), puis de l'implanter sous la peau dans l'endroit que l'on veut corriger par augmentation de volume (de l'anglais : "to fill" = remplir) 
Dans les années 85 le Dr P. Fournier, précurseur en lipoaspiration, enseigne une technique de réinjection de la graisse aspirée à des fins de correction de volumes. C'est le lipo-filling.
L'inconvénient majeur de la technique était l'augmentation considérable de volume des zones traitées pendant les premiers jours suivant l'implantation, pour un résultat parfois bien en dessous des espérances. La correction s'atténuait très fortement au fil du temps.
Il a été alors dit que la technique donnait des résultats éphémères. En fait, il faut comprendre que les résultats finaux ne peuvent se constater que plusieurs semaines après l'implantation de la graisse, et aussi que la durée à long terme de la correction dépend considérablement de la technique employée.

Quelques années après, les médecins, conscients du problème, comprenaient que cette "trop forte" correction nécessaire à l'obtention d'un bon résultat pouvait se faire " dans le temps et non plus dans l'espace ". Les séances de filling sont alors répétées après quelques mois jusqu'à obtention d'un résultat stable pour plusieurs années.
Un peu plus tard le Dr Coleman (USA) relance (non sans une certaine stratégie marketing) l'intérêt pour le lipofilling, qu'il renomme "lipostructure". L'intérêt est surtout qu'il codifie précisément une méthode qui a l'avantage de donner des résultats plus reproductibles et plus stables.
D'autre part, les implants graiss...

Lire la suite de l'article sur le site de Estheweb

Relâchement cutané du visage

Le mésolift biologique
L'électroridopuncture
Les lasers "tenseurs" non ablatifs
La radiofréquence?
Les fils crantés
La lipoaspiration
Les dégraissages (lyses graisseuses)
Les peelings forts
Le laser CO²
A quel âge ?
Que se passe-t-il après ces traitements ?
Quels résultats et comment les maintenir ?

Le relâchement ou l'excès de peau au niveau du visage (par perte de l'élasticité cutanée) se traitent classiquement par des techniques chirurgicales. Il s'agit du lifting pour l'affaissement du bas du visage (bajoues, cou) ou du front, des blépharoplasties pour les paupières, etc...

Le lifting chirurgical enlève la peau en excès.

Il existe cependant des techniques non-chirurgicales qui viennent en complément du lifting, ou surtout lorsque l'indication n'est pas encore majeure, dans les débuts de relâchement cutané.

Voici les techniques courantes utilisées aujourd'hui:

Le mésolift biologique

C'est un traitement par mésothérapie de l'ensemble du visage et du cou. Les micro-injections cutanées apportent des vitamines, des minéraux des produits à haut pouvoir d'hydratation (en particulier acide hyaluronique), et maintenant des produits à effet tenseur cutané.

L'effet attendu est une amélioration de la tonicité des tissus et de la qualité de la peau traitée. C'est plutôt un traitement d'entretien et de prévention du vieillissement cutané, mais il peut aussi améliorer des visages fatigués, manquant de tonus et d'éclat.

Trois séances à 15 jours d'intervalle sont faites au départ, puis 1 séance tous les 1 à 3 mois en entretien.

L'électroridopuncture

Cette méthode existe depuis plus de 20 ans. Elle utilise des courants de faible voltage pour stimuler la fabrication du collagène de la peau au niveau du visage et du cou. Elle agirait aussi en stimulant les muscles placés sous la peau.

Elle permet ainsi d'améliorer des relâchements modérés du bas du visage en particulier. Elle est aussi employée pour traiter les rides superficielles du visage.

Les séances s'effectuent à l'aide de très fines aiguilles placées dans les zones à stimuler et amenant les courants électriques. Il faut commencer le traitement par des séances rapprochées de 1 à 2 semaines d'intervalle, puis espacer régulièrement en fonction des résultats obtenus.

Les lasers "tenseurs" non ablatifs

Il s'agit de nouvelles génération de laser qui peuvent agir sur la peau en laissant l'épiderme intact.

En chauffant la peau en profondeur sans la brûler en superficie, ils favorisent une rétraction des fibres de collagène et ainsi une meilleure tension des tissus. Les suites sont très simples : quelques rougeurs pendant quelques heures.

Quatre séances mensuelles de une heure sont nécessaires en moyenne.

La radiofréquence

C'est une autre nouvelle façon de chauffer le collagène et le derme qui utilise une source de micro-ondes. Les effets, suites et résultats sont très proches des lasers non ablatifs tenseurs.

Les fils crantés

L'implantation de fils crantés sous l...

Lire la suite de l'article sur le site de Estheweb