Traitement ménopause Lorient Morbihan

Lors de la ménopause, beaucoup de femmes sont confrontées à des problèmes hormonaux plus ou moins importants. Retrouvez sur cette page un article relatif à l'homonothérapie ainsi qu'une liste de professionnels à Lorient et sa région qui sauront vous apporter tous les conseils dont vous avez besoin.

Entreprises Locales

Pour toutes informations relatives à cette page, contactez toutlocal.fr.
Herzog
(097) 557-7473
4 avenue anatole France
Lorient, Morbihan

Données fournies par:
Giquel Catherine
(096) 148-4237
2 cours de La Bôve
Lorient, Morbihan

Données fournies par:
Pharmacie Bergeun
(096) 357-4920
79 rue belgique
Lorient, Morbihan

Données fournies par:
Pharmacie Messager
(029) 764-1233
83 rue lazare Carnot
Lorient, Morbihan

Données fournies par:
Pharmacie Herzog Alain
(029) 764-1454
4 avenue anatole France
Lorient, Morbihan

Données fournies par:
Pharmacie Larhant
(029) 737-2032
68 avenue jean Jaurès
Lorient, Morbihan

Données fournies par:
Pharmacie Nicol
(029) 764-3779
20 rue du Couedic
Lorient, Morbihan

Données fournies par:
David Caro Michele
(096) 411-7449
25 rue ploemeur
Lorient, Morbihan

Données fournies par:
Pharmacie Valade Bernard
(029) 721-1466
67 rue paul Guieysse
Lorient, Morbihan

Données fournies par:
Pharmacie De L'Orientis
(029) 721-1978
 boulevard cosmao Dumanoir
Lorient, Morbihan

Données fournies par:
Données fournies par:

Hormonothérapie et ménopause

Traitement hormonal de la ménopause : pas plus de cancers du sein !

Entretien avec le Dr Henri Rozenbaum, président de l'Association française d'étude de la ménopause et auteur de "Ménopause : questions de femmes" (éditions Eska).


33doc
:
Une récente étude, publiée dans la revue médicale américaine "JAMA", fait état d'un risque plus élevé de cancer du sein chez les femmes sous traitement hormonal substitutif par rapport à celles qui ne le sont pas. Est-ce exact ?

 

En partenariat avec :
logo partenaire estheweb 33docavenue

 

Henri Rozenbaum : En effet, mais tous les chiffres publiés dans cette étude américaine doivent être pris dans leur contexte, et avec beaucoup de précautions. En fait, il n'existe pas un facteur de risque du cancer du sein, mais plusieurs, et certains sont plus importants que le THS, notamment l'alcool. Il paraît donc difficile d'interpréter ces chiffres avec exactitude. De plus, cette étude porte sur une population américaine utilisant des produits qui ne sont pas les mêmes que ceux utilisés en France. A l'heure actuelle, nous ne disposons pas encore de résultats d'études françaises validés.

33doc : Comment doit-on comprendre cette augmentation du risque de cancer du sein lié au THS ?
HR : D'abord, il faut savoir que le traitement hormonal substitutif n'est pas, en lui-même, à l'origine de la survenue d'un cancer du sein. En effet, des études ont montré que deux à cinq ans après l'arrêt du THS, le risque devient identique chez les femmes ayant été traitées et chez celles ne l'ayant jamais été. En revanche, il est très probable que la prise d'un THS puisse accélérer l'évolution de petits cancers existants au préalable.
Si l'on compte un nombre plus important de cancers du sein chez les femmes traitées, c'est qu'elles bénéficient d'un meilleur dépistage - ce qui, pour ces femmes, représente un gros avantage.

33doc : Un avantage ?
HR : Puisque ces femmes sont suivies régulièrement, un éventuel cancer du sein sera diagnostiqué tôt, et donc pris en charge rapidement. De plus, les cancers décelés chez ces femmes sous THS sont de meilleur pronostic. En effet, ils sont moins agressifs et moins métastatiques que ceux survenant chez des femmes non-traitées. C'est pourquoi il est important de replacer tous ces éléments dans leur contexte.

33doc : Vous conseillez donc ce traitement ?
HR : Les bénéfices que les femmes ménopausées peuvent tirer de ce THS pèsent fortement ...

Lire la suite de l'article sur le site de Estheweb